Arrêtons de nous mettre au régime !

En 2012, l’INSERM (Institut de la santé et de la recherche médicale) publie une étude révélant l’obsession des Français pour les régimes.

En France,
sept femmes sur dix et un homme sur deux aimeraient perdre du poids
près de 30% des femmes ont déjà suivi cinq régimes dans leur vie et 9% en ont déjà fait plus de dix.

Interrogés sur leurs motivations, les participants ont apporté des réponses très différentes :
49,6% des sondés ont répondu : « pour se sentir mieux », 12,4% ont invoqué des « raisons esthétiques » et enfin 11,8% des « problèmes de santé liés au surpoids ».

Cette étude soulève également des phénomènes inquiétants : dès l’âge de 10 ans certains commencent un régime et d’autres vont en suivre jusqu’à 5 à 10 au cours de leur existence.

« Tout se passe comme si le régime devenait une obligation. Les images de corps idéal projetées par les médias parasitent totalement la perception que les gens ont de leur image corporelle »,
conclut Serge Hercberg, professeur de nutrition à la faculté de médecine de Paris-XII et directeur de l’unité nutrition de l’Inserm.

Chaque année, au printemps c’est la même chose, des centaines de Unes de magazines vous expliquent comment perdre 3 kg en une semaine sans s’affamer afin de pouvoir se montrer décemment en maillot de bain cet été…

savoir-maigrir-33Femme_actuelle_mai2009

Dukan, Atkins, Naturhouse,…les méthodes se multiplient et ne se comptent plus.
Malheureusement, le résultat reste le même. Les kilos perdus sont au final systématiquement repris avec le temps, et bien souvent on en gagne même 1 ou 2 de plus en prime. C’est le fameux effet « yo-yo », effet qui s’accélère à chaque régime.

En 2012, Mickael Rosenbaum, professeur à l’Université de Colombia, publie des études pouvant expliquer ce mécanisme.
Après un régime, les muscles ont besoin de moins d’énergie et de nutriments pour fonctionner. Ainsi si on augmente à nouveau les quantités d’aliments consommées, le surplus non utilisé sera stocké, le poids perdu sera repris et la stabilisation du régime, un échec.
Dans cette logique, il convient donc de diminuer les quantités ingérées par rapport à une personne du même poids n’ayant pas suivi de régime.
De plus, les mécanismes du circuit de récompense du cerveau se trouvent altérés après un régime et les messages envoyés incitent à manger une quantité plus importante de nourriture.
En effet, pour qu’une personne qui a suivi un régime se sente satisfaite de ce qu’elle mange, elle devra consommer davantage qu’une personne n’ayant pas suivi de régime.

Le Docteur Jean-Michel Lecerf, spécialiste en endocrinologie et maladies métaboliques (obésité, diabète,…) et chef du service de nutrition à l’Institut Pasteur de Lille, soutient cette théorie :
‘Un régime restrictif (hypocalorique, hypoglucidique) va entraîner une perte de masse maigre (masse musculaire, masse osseuse).
La nécessité de fournir 140 g de glucose quotidiennement au cerveau conduit le corps à détourner des protéines musculaires, ce qui va générer une diminution de la masse musculaire, et par conséquence du métabolisme de base et des dépenses énergétiques.
Cela favorise la reprise de poids dès que le sujet se remet à manger davantage, du fait notamment d’un sentiment de manque.’

Il revient également sur les conséquences de ces régimes inappropriés :
‘Les premières d’entre elles sont les troubles du comportement alimentaire.
On parle de restrictions cognitives avec des phases de culpabilité (« je n’aurais pas dû manger cela ») et de frustration (« je voudrais en manger mais je ne peux pas ») ;
des pertes de repères alimentaires (on pense en bons et mauvais aliments) ce qui génère de l’angoisse, des difficultés à ressentir la faim et le rassasiement ;
et bien sûr divers sentiments négatifs (mésestime de soi, sentiment d’être nul, autodépréciation…).8e379bf5

Les tenants des régimes laissent entendre qu’il y a une solution unique : manger moins. Avec une telle approche, on est presque sûr de rater son coup. La majorité des personnes suivant des régimes sont en échec au bout de quelques années’, conclut-il.

Mais que faut-il faire alors ?
Tout simplement en finir avec les régimes amaigrissants (voir ne jamais les commencer, pour les plus jeunes), rétablir une alimentation normale, et réapprendre à écouter ses sensations alimentaires (faim, satiété).
On retrouve ainsi, naturellement, son poids d’équilibre.

Lors des consultations, j’insiste beaucoup sur le fait que la chrononutrition n’est pas un régime mais bien un rééquilibrage alimentaire.
La chrononutrition apporte protéines, glucides, lipides. Au quotidien, on consommera fruits, légumes, viande, féculents, poisson, etc.
Tous les aliments sont autorisés (même les aliments trop souvent ‘diabolisés’ : charcuterie, fromage, chocolat,…), à condition de les manger en bonne quantité et au bon moment .
La chrononutrition n’est donc ni restrictive, ni privative. Elle n’est pas non plus basée sur le système de contrôle des calories.
La chrononutrition n’est pas un régime.

Recette : Tartine au fromage d’Abondance et au jambon cru

Parce que le matin on est souvent pressés, voici une recette simple et rapide pour bien démarrer la journée : la tartine au fromage d’Abondance et au jambon cru.

Ingrédients (pour une personne) :
50g de pain de campagne
Une tranche de jambon cru
80g de fromage d’Abondance

55_abondance

Recette :
-Préchauffer le four à 220°.
-Couper 2 tartines de pain.
-Couper la tranche de jambon cru en deux et déposer une moitié sur chaque tartine.
-Tailler l’Abondance en tranches et répartir les tranches sur chaque tartine.
-Disposer les tartines sur une plaque allant au four et les enfourner pendant 10 min.

C’est prêt !

Quelques conseils simples pour en finir avec la constipation

La constipation demeure un sujet tabou, pourtant il s’agit d’un trouble digestif relativement fréquent. En effet 15 à 35 % des Français sont régulièrement sujets à la constipation.

pb-digestif

Pour rappel, être constipé c’est :
-aller à la selle moins de 3 fois par semaine,
mais aussi :
-produire des selles très dures et de faible volume,
-être obligé de forcer pour s’en débarrasser (et avoir recours à quelques médications pour y parvenir).
On peut donc aller au petit coin tous les jours et être constipé !

Des précautions simples permettent de traiter ou d’éviter ce désagrément.

1/ Boire.
Il faut réhydrater les selles, donc on boit abondamment (des boissons non alcoolisées) pendant et entre les repas. Dès le lever, on commence la journée en buvant un grand verre d’eau fraîche le matin à jeun.
Durant cette période, on pourra privilégier des eaux riches en magnésium, comme l’Hépar.

2/ Consommer les bons aliments.
On évite les aliments qui ralentissent le transit : riz blanc, bananes, chocolat, fritures…
Le midi on privilégie les légumes secs : pois chiches, pois cassés, lentilles…
Au goûter, on mange des pruneaux : riches en fibres, ils contiennent aussi des substances qui véhiculent une plus grande quantité d’eau dans l’intestin, ce qui va redonner un peu de souplesse aux selles.

3/ Penser à l’huile d’olive.
On évite le beurre durant cette période de gêne, que ce soit sur les tartines du matin ou dans la cuisine. 2 cuillères à café d’huile d’olive le matin avant le petit déjeuner se révélera très efficace (bien que peu appétissant) pour lubrifier les selles.

4/ Améliorer son activité physique :
On privilégie la marche (en réduisant les déplacements en voiture) ou en utilisant les escaliers au lieu de l’ascenseur.

5/ Adopter la bonne position sur le trône.
Comme l’explique le docteur Giulia Enders dans son livre ‘Le Charme discret de l’intestin’, la position prise sur le trône est importante. Sur des toilettes classiques on s’assoit en hauteur avec les jambes à un angle de 90° pour aller à la selle. Or cette position n’est pas du tout physiologique et bloque les matières fécales, en faisant pression sur le rectum, les selles peuvent avoir du mal à passer. Il suffit donc d’aller aux toilettes avec un petit tabouret à mettre sous ses pieds et de pencher légèrement le buste en avant, le réflexe sera ainsi facilité.

150711-01

6/ Attention aux laxatifs stimulants et lubrifiants.
Lorsque les mesures diététiques ne suffisent pas à faire rentrer les choses dans l’ordre, il est possible d’apporter un petit coup de pouce à l’organisme en ayant recours aux laxatifs (disponibles en pharmacie). Mais attention car certains d’entre eux peuvent avoir des effets secondaires non négligeables.

  • Les laxatifs stimulants : Dulcolax, Pursennide, Contalax, Dragées Fuca…
    Souvent à base de plantes comme le Séné, la Bourdaine ; ils contractent la paroi intestinale et provoquent l’évacuation des selles mais ils sont irritants. Le problème est que l’intestin réclame ce genre de plantes pour être de nouveau stimulé et pouvoir libérer, du coup de nombreuses personnes deviennent dépendantes de ces traitements pour pouvoir aller aux toilettes. On parle alors de ‘maladie des laxatifs‘.
  • Les laxatifs lubrifiants : il s’agit avant tout de l’huile de paraffine.
    Leur mode d’action, c’est d’huiler, de lubrifier les selles et de les faire glisser. Le problème est que cette huile forme une sorte de barrière graisseuse qui va réduire l’absorption de certaines vitamines. Il faut donc les utiliser ponctuellement.

Bien sûr, au cas où ces conseils ne suffiraient pas à résoudre le problème, n’hésitez pas à consulter votre médecin traitant.

C’est bon et c’est chrono !

Pour changer un peu du traditionnel pain/fromage du petit déjeuner, testez l’œuf cocotte au cantal !

Ingrédients (pour une personne) :
1 gros œuf
1 cuillère à soupe de crème fraîche épaisse
60g de cantal
12g de beurre
50g de pain de campagne
Sel, poivre

Recette :
-Préchauffer le four à 210 °C (th. 7).
-Beurrer 1 ramequin et déposer une cuillère à soupe de crème fraîche épaisse.
-Découper le cantal en lamelles et les déposer dans le ramequin.
-Casser un œuf. Saler et poivrer.
-Mettre au four pendant 20 minutes (pour que le blanc de l’œuf soit bien cuit).
-Faire griller les tranches de pain et les tartiner avec le reste du beurre. Les découper en mouillettes.

Et voilà c’est prêt ! Il n’y a plus qu’à déguster !

Quelques conseils pour retrouver rapidement la forme après les fêtes de fin d’année

Après Noël et le Nouvel An, notre corps a besoin de se remettre des excès et de se ressourcer pour retrouver sa vitalité. L’heure n’est plus à l’intox mais à la détox !
Voici quelques conseils pour retrouver rapidement la forme après les fêtes :

1- On ne culpabilise pas !
Pendant les fêtes, on se fait plaisir et c’est bien normal, donc inutile de culpabiliser.

2- On boit…de l’eau !
Eau, thé, tisane…tout est bon pour réhydrater l’organisme et le débarrasser des toxines accumulées avec les excès d’alcool et de nourriture.
La consommation d’alcool déshydrate beaucoup, il est donc important de boire de l’eau avant d’aller dormir après un repas de fête, même si l’envie ne s’en fait pas ressentir sur le moment. On évitera ainsi la fameuse ‘gueule de bois’.
Les lendemains de fête, on privilégiera les eaux riches en bicarbonates (Vichy, Badoit), qui calmeront acidité gastrique et brûlures d’estomac. Pour un remède 100% naturel, pensez au bicarbonate de sodium ! Diluez une cuillère à café dans un verre d’eau, buvez lentement et renouvelez une fois dans la journée si nécessaire.

3- On bouge !
Le corps réclame avant tout du repos donc rien ne sert de se lancer dans une séance de sport acharnée ! 30 minutes de marche par jour suffiront à faciliter la digestion.

4- On fait une cure de vitamines.
Une cure de vitamine C à 1g par jour (préférez la vitamine C naturelle, l’Acérola) pendant 7 à 15 jours renforcera les défenses de l’organisme.

IMG_1801

5- On fait une cure détox.
Oublier l’alcool pendant au moins une semaine et faire une petite cure de chardon-marie, artichaud ou radis noir (disponibles sous forme de gélules, ampoules ou EPS – extraits fluides de plante – en pharmacie), permettront de soulager le foie, afin qu’il puisse de nouveau assurer pleinement ses fonctions physiologiques.

IMG_1803IMG_1802

Un bon conseil pour affronter l’hiver

L’automne est là !
Le froid s’installe et les jours raccourcissent.

Ce changement de saison s’accompagne souvent d’une baisse de moral, d’un manque d’énergie. Le système immunitaire est fragilisé.

C’est le moment idéal pour faire une cure de gelée royale !
Riche en vitamines, acides aminés, minéraux et oligo-éléments, c’est un véritable fortifiant et stimulant de l’organisme. Elle aide à lutter contre la fatigue (tant mentale que physique), améliore la résistance au stress et renforce le système immunitaire.
Une cure de 10 à 20 jours suffit à apporter un vrai coup de boost à l’organisme et le prépare à affronter l’hiver.

Une recette de saison

Pour un goûter rapide et gourmand,
je vous propose une recette de crème de marron au chocolat !

Ingrédients (pour une personne) :
30g de chocolat râpé
2 cuillères à soupe de crème de marron

Recette facile :
1 – Verser la crème de marron dans un ramequin allant au four à micro-ondes. Parsemez le dessus de chocolat râpé.
2 – Passer le tout 2min au four à micro-ondes à puissance maximum.
3 – Déguster !